Les CP en bateau au Sémaphore

Lundi 27 mars après-midi,  la classe des CP est allée assister au Sémaphore au merveilleux spectacle Le Bateau de la Cie Rêveries Mobiles.

Sur la scène, nous entrons dans un bateau représenté par quelques éléments de l’ossature et des voiles ; immersion totale, comme au Vendée Globe.

Durant trente minutes, les enfants ont les yeux écarquillés devant ce récit en 3D qui ne laisse aucun sens de côté si ce n’est le goût. Mais pour la vue, l’ouïe (violoncelle et accordéon joués en live), l’odorat (des effluves d’océan embaument la salle de spectacle) et le toucher, mission accomplie !

Voici l’histoire racontée par quelques élèves de la classe :

Mélyna : Ce spectacle parle d’un petit bateau qui ne voulait pas aller à l’école. Un jour, il décide de partir faire un long voyage.

Gabrielle : Sur sa route, il a rencontré des mouettes, une baleine, la dame de la mer et des poissons fabriqués avec un parapluie.

Diane : Il s’est perdu dans une tempête. Il y avait de très grosses vagues.

Maëlys : Son papa l’a cherché toute la nuit, mais il ne l’a pas trouvé.

Nohan : C’est une baleine qui l’a ramené à ses parents.

Nathan : Ensuite, il raconte à ses parents ce qui s’est passé. Il est content de rentrer chez lui.

Leurs impressions :

Noé : J’ai aimé l’orage car il y avait du bruit !

Manon : J’ai adoré la carte qui était projetée : c’est la première fois que je voyais une carte aussi grande !

Adam : L’eau et l’encre bleue c’était très beau. J’ai bien aimé aussi le papier qui représentait le bateau.

Célestin : J’ai bien aimé la baleine : elle était un peu bizarre, très grosse avec des points sur le dos.

Etienne : La musique était très belle mais parfois elle faisait peur.

Henri : Des moments, le spectacle me faisait penser au Vendée Globe, surtout quand il y avait la tempête.

Nina, Carla et Robin ont été émus quand le petit bateau retrouve ses parents.

Ethan, Simon, Sacha,  Gabriel, Hilel et Samuel ont trouvé très rigolotes les mouettes moqueuses. Surtout celle qui avait l’accent anglais.

Paolina et Solène ont adoré quand les comédiennes ont expliqué comment était fabriqué le spectacle.

 

 

 

Une semaine à Paris

Ce n’est pas tous les jours que des Irignois montent à Paris. Et pourtant c’est bien l’expérience vécue par les CM1 et les CM2 de l’école.

Depuis trois jours, les élèves vont de découverte en découverte.

Voici quelques photos avant qu’ils ne vous racontent leurs aventures.

                                                                                            

                                                                                                               

                                                      

 

                                                                                                                         

 

Le bestiaire du Rhône


Avant les vacances de février, les classes de CP et CE1 ont participé à une activité proposée par le SMIRIL. Par le biais de contes, les enfants ont découvert des animaux mythiques ou réels du Rhône.

La première histoire se passe en France, après le lac Léman. Le personnage principal est le silure, un poisson avec de gros barbillons. Cet énorme poisson vit dans le Rhône, il peut faire jusqu’à 2m50 et peser 200 kg. Il se restaure le soir en gobant ses proies. On le surnomme le requin d’eau douce.

La conteuse leur a ensuite raconté une légende lyonnaise du XIXème siècle. La mâche-croûte s’est installée sous le pont de la Guillotière. Elle inondait la ville de Lyon et faisait disparaître les lyonnais trop proches du fleuve. Personne ne l’avait jamais vue. Elle avait une grosse tête ronde, deux yeux globuleux, une bouche énorme, de grandes dents tranchantes et une gigantesque queue de poisson remplie d’écailles. Celles-ci étaient plus dures que du métal. Pour se débarrasser de la mâche-croûte, les lyonnais ont construit un grand mur. On racontait cette légende lorsque le Rhône débordait et que des habitants de Lyon tombaient dans le fleuve.

Nous avons ensuite poursuivi la route du Rhône jusqu’à Condrieu. C’était l’époque où l’on tuait les castors. On prenait leur peau pour faire des manteaux en fourrure, leurs poils pour fabriquer des toques et leur chair pour la transformer en pâté. Ce plus gros rongeur d’Europe possède aussi une glande pouvant guérir diverses maladies. Mais l’espèce des castors fût sauvegardée sur l’île du beurre où nous pouvons encore, peut-être, les observer le soir en se faisant un peu discret.

La dernière histoire est celle d’une jeune lavandière qui rencontre le Drac, un dragon d’eau. Il détient trois pouvoirs : l’invisibilité, le don de métamorphose (il se transforme en objet) et il peut aveugler les personnes. Un jour, la jeune fille mettait des fleurs de lavande pour que le linge sente bon, vit briller dans le Rhône une coupe en or. Mais celle-ci était en réalité le Drac !

On racontait cette légende pour se méfier du Rhône calme et brillant… Le Drac représente en effet les courants imprévisibles du Rhône !

Les élèves ont ensuite voté pour désigner leur animal préféré : le silure pour les CP et la mâche-croûte pour les CE1. Ils l’ont ensuite réalisé en argile.

                 

Bienvenue à Grignotte !

Depuis une semaine, les élèves du CP ont la joie d’avoir dans leur classe la lapine de Manon, Grignotte !  A tour de rôle, ils s’occupent d’elle, une responsabilité qu’ils font avec plaisir et attention. Grignotte est déjà notre mascotte, elle est très douce et très rigolote quand elle renverse sa gamelle sur sa tête ! Elle retrouvera sa famille à la fin de cette semaine. Toute la classe remercie chaleureusement Manon et sa famille de nous l’avoir confiée. Grignote sera toujours la bienvenue dans notre classe.

 

Vive la chandeleur !

Le 2 février, le Père Vincent est venu dans notre classe nous expliquer La Présentation de Jésus au Temple.

Ensuite, nous avons préparé la pâte à crêpe : ce fut l’occasion d’apprendre à utiliser une balance et un batteur électrique, à casser des œufs,…

Enfin, l’après-midi, nous avons dégusté de délicieuses crêpes !