Les CE1 en visio avec une journaliste de France 2

Cet après-midi les enfants de CE1 ont eu la chance d’être en visio avec Jihane, journaliste rédactrice à France 2. C’est elle qui est à l’initiative du reportage sur Thomas Pesquet diffusé au journal de 20h00 le dimanche 18 avril (dans lequel les enfants de la classe ont été interviewés).

Elle a remercié les enfants pour leur participation au reportage et les a tous félicités pour leurs prises de paroles intéressantes. Elle a incité les enfants à continuer à travailler avec passion. Elle leur a dit avoir été impressionnée de voir leur investissement et leurs connaissances.

Les enfants ont eu de nombreuses questions auxquelles elle a répondu pendant une bonne heure. Ce fût un échange très riche et très instructif et l’occasion de parler de l’importance de la liberté d’expression. Voici un résumé de leurs échanges :

Depuis combien de temps vous faites ce travail ? Comment vous avez choisi ce métier ? Comment on devient journaliste ?

J’ai eu envie de faire ce métier très jeune, en troisième je savais que c’était ce que je voulais faire. J’ai grandi en Tunisie et quand j’étais petite les journaux n’étaient pas libres d’écrire la vérité. Je me disais que quand je serai grande je serai journaliste pour pouvoir dire la vérité et dénoncer les injustices.

J’ai toujours été intéressée par l’actualité. J’ai donc fait une école de journalisme, j’ai été en alternance puis en stage. Maintenant cela fait 13 ans que je suis diplômée.

Qu’est-ce que vous trouvez difficile dans le métier de journaliste ?

Le plus difficile est de faire un reportage le plus juste possible et le plus proche de la vérité. Un reportage c’est très court donc en peu de temps il faut dire l’essentiel. En plus le reportage s’adresse à beaucoup de personnes différentes.

Comment on fait un reportage ? Pourquoi le reportage était court ? Comment vous faites pour choisir les passages dans un enregistrement ?

Il faut choisir un angle de sujet (dans notre cas c’était la popularité de Thomas Pesquet). C’est la ligne rouge qui nous aide pour faire le montage. J’écoute toutes les interviews  et je garde ce qui revient souvent. Il fallait créer un montage équilibré qui corresponde aux ressentis de l’ensemble de la classe.

Le monteur a aussi un rôle très important : c’est un peu le premier téléspectateur. C’est un travail d’équipe, autant sur le terrain qu’au montage.

Comment vous faites pour être toujours au courant de ce qui se passe ?

Il y a plusieurs catégories de journalistes et on a des spécialités par domaine (santé, sport, éducation, politique…). On a un logiciel sur lequel on met toutes les informations d’actualité.

Est-ce que vous parlez plusieurs langues ? Est-ce que vous allez dans beaucoup de pays ? 

Je vais dans beaucoup de pays mais pas dans les pays en guerre. Je ne parle pas six langues comme Thomas Pesquet mais je parle français, anglais, arabe et un petit peu espagnol. C’est bien de connaître au moins une langue étrangère si on veut être journaliste. Cela dit, il n’y a pas besoin d’aller très loin pour faire un sujet intéressant et qui nous marque.

 

Elle a terminé en disant aux enfants que c’est en s’intéressant à tout que l’on trouve ce qu’on veut faire et qu’on trouve les moyens d’y parvenir.

 

 

Pour marque-pages : Permaliens.