CE1 – Visite de l’exposition « La terre depuis l’Espace »

Ce vendredi 15 octobre 2021, la classe de CE1 s’est rendue à l’exposition interactive « La Terre depuis l’Espace : photos de Thomas Pesquet » à l’hôtel de Région à Lyon (à Confluence). Nous y sommes allés en TCL : les enfants étaient ravis.

Les enfants ont été accueillis par Adrien, médiateur scientifique. Il leur a présenté 10 grandes photos prises par Thomas Pesquet sélectionnées pour leur contenu scientifique. Avec ces 10 photos nous avons fait le tour de la Terre : nous sommes partis de Paris puis sommes passés au-dessus de l’Europe de l’Est, du désert Libyen, du canal de Corinthe en Grèce, de l’Egypte, de la barrière de Corail en Nouvelle-Calédonie, de l’Amérique, d’un ouragan au-dessus de l’Argentine, du Sahara, et enfin nous sommes revenus en France en passant par le Mont Saint-Michel. Les enfants ont trouvé les photos magnifiques et ont été surpris d’arriver à voir la Tour Eiffel depuis l’ISS sur la photo de Paris !

L’exposition a également été jalonnée de 3 écrans vidéo, chacun diffusant un des temps forts de la mission (décollage, vie dans la station, sortie extravéhiculaire, retour sur Terre). Bravo aux enfants qui ont fait preuve de beaucoup d’attention.

Une pierre de lune et trois maquettes accompagnaient cette exposition : le Soyouz, qui a emmené Thomas Pesquet dans l’espace, un module ATV, qui a ravitaillé la station spatiale au cours de la mission Proxima, et la station spatiale internationale.

Nous avons ensuite pique-niqué au soleil au bord de la Saône avant de reprendre le bus pour arriver en début d’après-midi à l’école. Avant de rentrer à la maison, nous avons fait le bilan de ce qu’ils ont appris aujourd’hui :

  • placer le Rhône et la Saône sur la photo de Lyon
  • on a vu sur la photo de Lyon l’endroit où on est descendu du bus et l’endroit où est l’exposition
  • l’ISS fait la taille d’un terrain de rugby
  • il n’y a pas que des aurores boréales : il y a aussi des aurores polaires et des aurores australes
  • les aurores boréales sont à cause du feu craché par le Soleil et qui arrive dans l’atmosphère
  • l’atmosphère c’est le bouclier de la Terre
  • Thomas Pesquet est le 10ème astronaute français dans l’Espace
  • depuis l’Espace la Belgique brille plus que les autres pays parce qu’ils allument plus les routes
  • la première fusée que Thomas Pesquet a prise s’ouvre dans l’Espace et après on voit le vaisseau
  • on a creusé dans la terre pour que les bateaux traversent plus vite sans faire le tour de la Grèce (ils parlent du canal de Corinthe)
  • j’avais jamais vu une pierre de Lune et une pierre de Mars
  • les vents tournent parce que la Terre tourne
  • on utilise des petits vaisseaux pour ravitailler l’ISS et même faire des cadeaux aux astronautes pour leur anniversaire comme le saxophone de Thomas Pesquet
  • c’est à cause de l’atmosphère qu’on voit le ciel bleu sur Terre. Sinon on le verrait noir comme dans l’Espace.

On peut dire que c’est déjà beaucoup pour une journée !

L’exposition reste à l’hôtel de Région à Lyon jusqu’au 2 novembre. Vous pouvez vous y rendre pendant les vacances en vous inscrivant ici : https://www.laterredepuislespace.net/reservations?fbclid=IwAR0MoHltcNH71a6vMudx93kJXNDJKhHZCztyxEG9KXmwM2YpJTSgE24HjFw Les enfants seront certainement ravis de vous expliquer ce qu’ils ont appris aujourd’hui.

   

CE1 – Arts visuels à la manière de Robert Combas

La semaine dernière les enfants ont découvert l’artiste Robert Combas et son œuvre « Le soleil et la lune ». Ils se sont ensuite appliqués pour revisiter cette œuvre en travaillant les contrastes des couleurs chaudes et froides.

Cette séance d’arts visuels était menée en lien avec le chapitre « Jour/Nuit » étudié en questionner le monde.

   

Les CE1 embarquent pour la transat Jacques Vabre !

Aujourd’hui les enfants ont ouvert pour la deuxième fois la boîte des découvertes et son contenu avait totalement changé… Ils y ont d’abord trouvé un paquet de café Jacques Vabre (les enfants se sont longuement interrogés sur le rapport avec ce qu’ils allaient découvrir) ainsi qu’un chapeau de moussaillon. Ils ont ensuite découvert le bateau d’Initiatives Cœur (bateau qui sera suivi par la classe) et la carte du trajet de la course. Deux posters du bateau et des skippeurs se trouvaient également dans la malle. Enfin, ils ont été ravis de trouver une maquette de bateau qu’ils pourront construire ultérieurement. Après quelques explications sur la transat Jacques Vabre, appelée aussi route du café, les enfants ont eu beaucoup de questions. Mais c’était déjà l’heure de rentrer à la maison… Une nouvelle aventure commence pour les élèves de CE1 et ils sont impatients de la vivre !

CE1 – Apprendre la grammaire en jouant

Depuis une semaine les enfants de CE1 travaillent sur une nouvelle notion de grammaire, le verbe. Ce matin ils ont joué avec la boîte à verbes : un enfant pioche une étiquette sur laquelle est inscrit un mot, il mime l’action et le reste de la classe doit trouver de quel verbe il s’agit. Les enfants se sont montrés particulièrement motivés et investis. Nous n’avons pas réussi à trouver le mot « sourire » car l’enfant le mimant avait gardé son masque !

Les enfants pouvant difficilement se déplacer par manque de place dans la classe, nous avions prévu de se mettre dehors… mais il faisait un peu froid en début de matinée ! En passant parfois sous les bureaux, chaque enfant a toutefois pu venir mimer un mot.

CE1 – Atelier philo 2 : A quoi servent les règles ?

À quoi servent les règles ? Peut-on vivre sans règles ?

Pour ce deuxième atelier philo, les élèves de CE1 ont questionné le rôle des règles, et imaginé leur absence… Les enfants ont montré un grand investissement dans la réflexion ! C’est un sujet qu’ils apprécient et qui les passionne… Sans s’en rendre compte, les enfants ont travaillé des compétences du langage oral mais également d’enseignement moral et civique.

Rendez-vous sur le blog de Penser pour Grandir https://pensergrandir.fr/?p=742 pour les réponses de nos petits philosophes, et dans les commentaires pour vos réponses à vous !

CE1 – Manipuler pour apprendre à dénombrer

Les élèves de CE1 ont été confrontés à une situation problème « pour de vrai » : trouver le nombre jetons dans le plateau… Ils se sont mis en binômes et ont donc du coopérer. Tous les enfants étaient activement en situation de recherche ! Voici un aperçu de leurs discussions de travail :

  • « On va se perdre si on compte un par un. »
  • « J’ai une super idée : on compte chacun un tas et on additionne tout ensuite. »
  • « Oui on peut compter par couleur et après on fera une addition. Chacun compte une couleur. »
  • « On vide le plateau et on compte « un » quand on remet dedans. »
  • « Non on ne peut pas tout vider d’un coup parce qu’on va en mettre de partout et en perdre. »
  • « On compte tout chacun son tour et on voit si on trouve le même nombre. »
  • « On s’est perdu, on ne sait plus où on en est ! »
  • « On en compte 20 chacun son tour et après on change celui qui compte. »
  • « On compte de deux en deux. »
  • « On a tout mélangé ! On ne sait plus où on en est ! »
  • « On fait des groupes de 10. »
  • « Non, on recommence de 0 et compte 1 par 1. »
  • « ça ne marche pas, on va faire par couleur. »
  • « Ah oui on compte chacun une couleur et après on fait le total. »
  • « Faut que chacun compte dans sa tête sinon on va s’embrouiller. »

Bilan : Aucun groupe n’a trouvé la même chose et les enfants ont été surpris de voir tant d’écarts dans les résultats. Du coup ils se sont montrés particulièrement attentifs pour la mise en commun. Voici les problèmes rencontrés et identifiés par les enfants :

  • Il y avait trop de jetons à compter
  • On perdait des jetons
  • Fallait trouver une méthode où on ne se trompe pas, on a du changer plusieurs fois de méthodes
  • On se mélangeait dans nos têtes quand on comptait
  • Souvent on ne savait plus à quel nombre on était

Et surtout nous n’avons pas du tout pensé que nous avions appris à faire des dizaines, c’est-à-dire des paquets de 10 ! Nous n’avions ensuite plus qu’à compter les dizaines : 9 dizaines et 2 unités ce qui faisait 92 jetons ! Mettre par dizaines permettait aussi de vérifier plus facilement notre calcul.